mardi 21 avril 2009

La fin ?

Je ne sais pas quoi vous dire ce matin. Il est actuellement 7h54 en ce mardi, une autre journée de bruine et de pluie fine. Pendant cette longue nuit de ce lundi soir à ce mardi matin, j'ai eu largement le temps de réfléchir à mon avenir parmi vous, ce monde irréel et pourtant bien virtuel.

Pour tout vous dire, j'ai crissement (désolé pour ce terme crû de ma part) le goût de tout fermer, tout lâcher. Je n'ai plus la force morale et physique de continuer sans me heurter à de continuelles déceptions. Je dois me l'avouer : ma vie n'est que déception. Mon enfance avant et après mon adoption (vers l'âge de 2 ans), mon frère cadet chouchouté sans arrêt par ma mère pendant mon adolescence, mes nombreux coups pendables pour attirer l'attention de celle-ci, mes gaffes continuelles au collège Bourget (promotion 82) sans parler de la fois où, alors que j'étais en secondaire IV ou V si je ne me trompe, j'avais présenté ma candidature pour l'élection d'un président de tout le secondaire. J'avais cafouillé pendant mon allocution devant la multitude d'élèves présent dans la salle. Une vraie honte. C'est encore pire aujourd'hui.

Ce qui me rend triste ce matin c'est que je sois obligé de vous déballer ces sentiments qui dévorent mes pensées à chaque jour que le bon Dieu m'apporte. Vous ne pouvez pas croire à quel point je me sent diminué et humilié en partageant ces aveux avec vous. Je suis au bout du rouleau et personne de mon entourage ne le sait. Et je ne veux pas qu'ils sachent. Pas maintenant. Peut-être plus tard, après mon départ, un jour.

Quand on m'a dit que les blogues, il faut écrire pour soi et non pour les autres, je n'y crois pas. Si j'avais voulu écrire pour moi uniquement, j'aurais choisi de le faire dans un journal intime. Et je ne l'ai jamais fait. Le blogue était pour moi une manière de m'exprimer, une manière de montrer au monde ce que je suis, ce que je fais. Sans pour autant dévoiler ma nature, mon Moi intérieur. Mon intimité. Un blogueur que j'admire est bien Pierre-Léon, un chauffeur de taxi chevronné et expert dans l'art de rédiger des textes qui racontent ses nombreux périples à travers les rues de sa ville. Il sait comment captiver les gens qui dévoreront ces billets. Son blogue UN TAXi LA NUiT est une réussite pour un chauffeur de taxi, vous ne trouvez pas ? Et son talent ne l'oblige pas à répondre aux nombreux commentaires qu'il reçoit...

Contrairement à d'autres carnetiers de talents et de renoms, c'est possible que j'aie placé la barre un tantinet trop haute pour moi. J'avais de l'ambition avec ce blogue mais comme je m'y attendais, le ballon s'est dégonflé. De moins en moins de commentaires égale de moins en moins de lecteurs intéressés par des textes qui donnent de tels résultats. Normal. Alors pourquoi le garder ouvert ? Pourquoi continuer à se faire du mal avec des billets que personne ne veut lire ? Désolé, mais c'est l'impression que j'ai.

Pour ouvrir une petite parenthèse, j'ai toujours aimé les cours de français à l'école. Au secondaire, j'étais fort en dictée. À chaque semaine, le prof récompensait les élèves qui obtenaient un 10/10 en dictée. Pour tout dire, le nombre d'étudiants admis à la bibliothèque était facilement comptabilisé sur une main. Parfois les deux.

Oui j'étais fort en français mais pas en composition. C'était ma principale faiblesse. Encore aujourd'hui, je dois en payer le prix. J'ai l'impression que mes phrases sont incohérentes, sautent du «coq-à-l'âne». Vous comprenez ? J'ignore si cela est dû à un handicap intellectuel (que je crois avoir depuis mon jeune âge) et qui me rend si maladroit avec les mots et les gestes (syndrôme de Gilles de la Tourette à mon avis).

À ceux et celles qui me gardent dans leurs blogrolls, je leur dit un GROS merci du fond du coeur.

En parlant de remerciement, je n'oublie pas ceux et celles qui m'ont tendu la perche (par mon billet Un mal incontrôlable) par leurs soutiens via les courriels. Un autre GROS merci à ces amis/es virtuels. Je n'ai peut-être pas d'excuse pour ne pas avoir répondu à vos emails mais je n'osais tout simplement pas. Et puis, chacun à ses propres problèmes et ajouter les miens serait bien malvenu.

Je laisse cette page Web ouverte encore pour quelque temps. Je suis conscient que mon texte termine mal ce début de semaine du mois d'avril, un mois qui a été quel que peu grisailleux. Le fait aussi de subir la raclée de l'année dans l'industrie du taxi a dû jouer un rôle majeur. Des journées de 12 heures et ne récolter que $60 à peine crève le coeur pour bien des chauffeurs, surtout dans les villes de banlieues, comme Boucherville. Un territoire qui fut une mine d'or, jadis.

Il est tard et je pense que j'ai encore trop parlé. Comme je n'ai personne à qui confier mes petits secrets (je garde les plus gros pour moi et le bon Dieu), je pensais en parler ici. Peu importe ce que vous en penserai, je me suis formé une carapace d'une bonne épaisseur. Mes larmes n'ont pas coulé depuis la mort de mon grand-père, en 1975. J'aurai 45 ans cet été. J'ai appris à garder mes émotions «en-dedans». C'est encore plus difficile de les laisser sortir aujourd'hui.

Bonne nuit et ... peut-être à bientôt...

Jean-François

Retour au début

Ma signature autorisée

10 commentaires:

Lily a dit…

Que de tristesse JF...
Je suis mal placée pour te dire d'en parler à quelqu'un, je ne le fais pas toujours moi-même...

Je te lis toujours, même si je ne commente pas chaque billet.
Chaque fois que je prends un taxi, j'ai une pensée pour toi, et je me dis qu'une course avec toi aurait été pas mal plus intéressante qu'avec Gino, le monsieur aux grosses bagues.

Si tu veux parler, tu sais où me joindre mon ami. Je suis toujours là!
xxx

Hispong Elbayne a dit…

Je te trouve très, très sévère envers toi-même. Beaucoup de dénigrement dans ce billet.

Jean-François a dit…

@ Lily : Merci Lily, et crois-moi que j'aurais aimé prendre la place de ce Gino.

Mais moi, je ne porte qu'une bague : mon alliance. J'ai conservé ton message dans mon courriel. Je le ferai en cas de besoin, merci :)


@ Hispong Elbayne : Je n'ai malheureusement pas les moyens pour parler avec un «Y» (psy) alors je dois vivre avec ce fardeau.

Le dénigrement provient du fait que mon estime de soi est à son plus bas niveau. J'aurais pu ne rien dire et de faire «semblant» mais comme je suis honnête avec moi-même, j'ai préféré crever l'abcès sur mon blogue.

Oui je me dénigre. Mais c'est la seule façon que je connaisse pour appuyer mon manque d'estime de soi. C'est difficile à expliquer et il faudrait que je te l'explique à haute voix.

Merci pour ta critique...

Galadriel a dit…

Tu sais J-F, je comprends la nature de ce billet. Ça a dû être très difficile pour toi de le faire. Il est plein de tristesse et de sensibilité.

Tu vois, tu as su montrer tes émotions dans ton texte! Parce que tu as écris avec tes tripes et ton coeur. Ça m'a touchée vraiment beaucoup.

Ne lâche pas cet espace. Pas encore. Continue à te déverser comme tu le fais. Nous avons toujours été là et le serons encore.

Et tu auras remarqué que j'ai fait du ménage dans mon blogroll et ce, la fin de semaine passée. Je trouvais injuste de voir que tous les gens que je lis n'y étaient pas.

Courage, je t'aime!
:)

Drew a dit…

Je réitère la perche même si le premier coup n'a rien donné... Jase moi ça par courriel!

En attendant je te donne une tappe sur l'épaule pis j'te pince un mamelon ;)

Jean-François a dit…

@ Galadriel : Merci pour tes pensées positives et merci surtout de me comprendre, ma bonne galadriel...

J'avoue m'être lâché lousse, peut-être un peu trop mais j'en avais assez et le trop plein devait sortir sinon ça devient malsain, n'est-ce pas ?

J'ai finalement compris qu'un carnet, ça fait partie de la sphère publique et que si on choisit de rédiger des billets, on accepte également le fait de recevoir des commentaires provenant du public. Et c'est ce que je voulais, autrement, j'aurais écris dans un journal intime...

Donc, à chaque billet que je publiais, je m'attendais à recevoir de la visite mais lorsque je me suis rendu compte que je recevais peu de blogueurs/euses, je me suis demandé ce qui clochait avec ma page. Ce que les gens n'aimaient pas pour ne pas venir... Je ne savais plus quoi penser et même maintenant, je l'ignore encore.

Peut-être qu'un jour, je le saurai.

Pour ton blogroll, j'ai vu que tu avais fait ton ménage du printemps. Merci ma chère et... je reste ouvert, le temps de me réorganiser et de voir si cela en vaut vraiment la chandelle... :)


@ Drew : Merci pour la tape sur l'épaule et pour le pincement du mamelon... euh... vas-y pas trop fort, ok ?

Sérieusement, merci pour me laisser une 2e chance avec cette perche tendue, mais j'explique la raison qui m'avait pousser à laisser tomber l'écriture: certain préfère écrire pour se vider le coeur et je devrais peut-être le faire mais la méthode qui marche bien est la discussion «en temps réel»... Parler, jaser. Tu comprends ? Il se produit une interaction qui me force à réfléchir pour éviter de répondre des âneries. C'est con mais je suis comme ça... ;)

Toutarmonie a dit…

Bon, c'est aujourd'hui que je vais tester la longueur maximale disponible pour faire un commentaire... ;-)
Premièrement, tu sais que sur mon blogue, j'ai surtout des gens qui ont des blogues écolo... sauf... le tien! Devine pourquoi? Parce que le tien possède une couleur particulière... parce qu'il me fait découvrir un monde peu connu, celui du taxi, mais aussi parce que tu y sembles authentique et j'aime bien les gens authentiques. Authentique ne veut pas dire parfait, ca veut dire être vrai. En plus, tu m'as inspiré lors de la création de mon blogue... tu le sais et encore merci pour tes précieux conseils.
Deuxièmement, nous vivons dans un monde où tout va terriblement vite... trop certes, mais vite tout de même. De la même manière tu expliques de pas avoir eu le courage de répondre à tes nombreux courriels... nous sommes sans doute nombreux à te lire sans avoir toutefois le temps de laisser un commentaire. Je pense que sur un blogue, on ne doit pas écrire pour provoquer les commentaires, mais demeurer sincère. Mon compteur m'indique souvent que 11 ou 15 personnes ont lu mon blogue dans une journée sans nécessairement laisser de commentaire... En plus, c'est le printemps. Nous avons tous moins de temps devant notre ordinateur (heureusement car la vie n'est pas que virtuelle). Alors s'il te plaît, ne juge pas de la pertinence de ton blogue par la quantité de commentaire.... tu veux bien? Et souviens-toi que nous avons été nombreux à attendre impatiemment ton retour après Cuba...!
L'autre point dont je veux te parler est plus délicat. J'ai pensé te l'écrire sur un courriel, mais puisque tu t'ouvres ici publiquement, ce commentaire pourrait aussi en aider d'autres, alors je le fais... Nous avons tous Jean-Francois notre jardin secret. Certes. Mais quand en-dedans, ca ne va vraiment pas bien, qu'on vit un mal-être comme tu le décris, c'est vraiment important de le partager avec son entourage. Tu dois en parler... et pas quand il sera trop tard. Au moins, tu t'ouvres ici avec nous, c'est déjà un début, mais je pense que tu devrais sans tarder te confier à ceux qui t'aiment et t'ont choisi dans leur vie. En plus, l'industrie du taxi tourne au ralenti, oui ca affecte le moral... et c'est bien normal. Ca fait tellement de bien de s'ouvrir... de vider son sac... de pleurer un bon coup aussi si tu le peux, ca allège... et après on voit plus clair. Oui, ca fait une réelle différence. Autrement, nos soucis créent une sorte de blocage intérieur qui étouffe... et nous empêche de voir au-delà des douleurs intérieures.
Une citation de JRobert me vient en tête "Si tu te sens seul, regarde dans un miroir". Ca veut dire que tu n'es jamais seul... et je ne te parle pas de dieu, ou de religion quelconque... je te parle de qqchose de plus grand... qui vit en toi et ne demande qu'à s'exprimer au travers de toi.
Tes propos suggèrent que tu penses au suicide... et ce serait une terrible perte pour plusieurs personnes, j'en suis persuadée, pour celles que tu connais, et celles que tu connaîtras aussi dans le futur et dont tu joueras un rôle dans leur vie. Mais une perte aussi pour toi... Pense à cette âme qui t'a choisi toi et toi seul pour vivre cette vie dans la matérialité d'un corps... de tout ce qu'elle a misé sur toi... Tu vis un moment difficile, c'est indéniable, mais tu en ressortiras grandi, plus fort, et riche d'une expérience nouvelle. Peut-être est-il temps aussi que tu refasses des choix dans ta vie, soit au niveau du travail ou de ta vie de couple, ou ailleurs... Le printemps est propice aux changements. Y'a qu'à regarder la nature pour le comprendre. Tout se transforme. Tu peux donc profiter de cette énergie nouvelle pour redonner un sens à ta vie. Tu sais, notre seul et vraie raison de vivre, c'est nous-même, car c'est la seule personne avec qui tu as la certitude que tu passeras ta vie au complet... et avec qui tu continueras après la vie qu'on connait ici... C'est donc très important de miser sur toi! Et souviens-toi, ton âme t'a choisi toi, et personne d'autre... dis-lui merci et ressens en toi ce qui y vit... il y a tellement plus que ce que nous voulons bien croire!
Pour terminer, je t'invite à m'écrire quand tu veux par courriel... je prendrai TOUJOURS le temps de te répondre, et si je ne le fais pas, c'est que je n'ai pas encore ouvert mon ordinateur. D'accord?
Et moi aussi je souhaite que tu ne ferme pas ton blogue et que tu y demeures toi-même. Ne cherche pas ce qui pourrait plaire aux gens... soi juste toi! Y'en aura qui aimeront, et d'autres qui n'aimerons pas, c'est comme ca pour tout.
Je t'envoie toute mon amitié et t'encourage à trouver en toi ce que tu cherches si fort à l'extérieur.

Jacynthe a dit…

Il a des moment ou on ne se sent pas super. Tu vie présentement avec un gros fardeau. Si tu as quelqu un de confiance parle il faut que tu sorte le méchant que tu as en dedans ( le poid de sur tes épaules) ne te laisse pas abattre. Je sais j'écris rarement des commentaires mais je te lis. Je ne suis pas la bonne personne a qui se confier mais je peux te dire que mon Drew écoute beaucoup et m'a beaucoup aider quand j'étais en panique sur bien des choses. Prends soin de toi.

Toutarmonie a dit…

Ton titre LA FIN? pourrait tout aussi bien se transformer en "le début du reste de ma vie"... :-)

Jean-François a dit…

@ Toutarmonie : Merci pour ce grand commentaire. je le trouve plein de sens et de bon sens également. Je crois que tu as raison à bien des égards mais ce que tu expliques est loin d'être facile.

Avec un peu de bonne volonté, une meilleure estime de soi (ou de moi) et surtout une bonne dose de positif et ça devrait mieux aller.

Merci, ton «reply» m'a aidé à faire le point et remettre les choses en perspective... :)

@ Jacynthe : Un gros merci à toi ma chère. Tu es chanceuse d'avoir un homme tel que Drew dans ta vie, puisqu'à ses yeux tu es vraiment la reine de ton Foyer et de ta petite famille. Merci pour ce thumbs up :)

@ Toutarmonie 2 : Pourquoi pas ? :)

Enregistrer un commentaire

Bonjour,

Je vous rappelle que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez ici.

Ce carnet modère les commentaires et celui-ci sera visible uniquement s'il est validé par son auteur.

Je vous remercie de prendre le temps de passer me voir et je vous souhaite, par la même occasion, une bonne lecture.

Courriel de l'auteur : Jean-François

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Modifié par Tutoriel Blogger

Site Meter

Un taxi sur la Rive-Sud © 2009 Template Nice Blue. Modifié par Indian Monsters. Original créé par Our BLOGGER Templates

Haut de page