vendredi 1 mai 2009

Un esprit errant

Les fesses confortablement installés sur le siège bien rembourré de la voiture, son conducteur se laisse aller doucement vers le sommeil. Il veut le combattre mais ses paupières deviennent de plus en plus lourdes. Le son des gouttes de pluie qu'il entend frapper par milliers sur le toit de métal du taxi semble lointain, désormais. Il ne peut empêcher son esprit de vagabonder au gré de ses caprices. Une odeur écoeurante et concentrée, au parfum de pin royal se dégageait encore du sachet à peine ouvert.

Un grésillement faible mais audible parvient à ses sens. Des sons lui parviennent plus distinctement à présent. Ouvrant les yeux, l'homme adossé à son siège se relève péniblement. Le crachotement de la radio-taxi se fait plus forte et plus audible à présent. Il relève la tête, regarde à travers le pare-brise ruisselant d'eau et aperçoit la file de lanternons illuminés devant sa voiture. Un, deux, puis trois taxis se trouvent encore en ligne. Il a peut-être encore le temps de partir à la recherche de Morphée, le dieu des rêves et du sommeil. Il n'a dormi que quelques heures durant la journée précédent. Peu importe, il ne lui reste que peu de temps avant de terminer son quart de travail. Il soupir de contentement et referme les yeux.

Le micro bien calé dans sa main droite, les sens en éveil malgré la fatigue qui l'assaille, le travailleur autonome augmente le volume du radio CB à un niveau légèrement plus élevé. La voix du répartiteur se fait entendre plus clairement. Le poste d'attente semble s'éveiller de sa torpeur habituelle. Soudain, une lueur rougeâtre illumine la voiture devant la sienne. puis s'éteint aussi soudainement qu'elle était apparue. Le premier taxi démarre lentement. Il fait son arrêt puis vire à gauche en prenant de la vitesse. Le conducteur du véhicule suivant démarre son taxi, appuie sur les freins et roule doucement vers le poteau délimitant le début du poste d'attente installé par la ville.

Obligatoirement mais surtout par automatisme, notre conducteur démarre le sien à son tour et fait avancer sa voiture de quelques centimètres. Le crachotement se fait entendre de nouveau et la fourgonnette qui était en première position quitte sa place. Notre chauffeur ne bouge pas et attend son tour patiemment. Maintenant bien éveillé par les gestes qu'il a maintes fois répétés durant ces quelques années et qu'il a appris à mieux connaitre, le conducteur demeure aux aguets, prêt à appuyer sur le bouton du microphone.

La voix du radio résonne dans l'habitacle du taxi. «Poste numéro 30» demande la voix d'un l'humain assis devant l'écran de son ordinateur et pourtant éloignée physiquement de plusieurs kilomètres. L'homme appuie sur le micro et attend le signal qui fera apparaitre un message-texte dans la fenêtre éclairée du radio CB. Une espèce de tonalité aigü se fait entendre au bout de quelques secondes, deux clics sonores et le témoin lumineux clignotent deux fois. L'appel du répartiteur apparait par la suite. Après avoir lu les mots affichés qui formaient l'adresse, dans la fenêtre minuscule et rectangulaire de la petite boîte noire devenue brûlante par les longues heures d'attente, le conducteur démarre et quitte le poste d'attente rapidement. Il était temps.

Une quinzaine de minutes s'étaient écoulés depuis qu'il avait fermé les paupières pour relaxer un peu. La pluie avait cessé depuis un moment et pendant qu'il roulait vers son prochain client, il savait qu'il reviendrait encore placer les roues du taxi pour une énième fois sur les traces de ses collègues. Mais son heure tirait à sa fin. Il allait pouvoir se reposer. Il allait enfin rejoindre Morphée et se laisser aller vers un sommeil réparateur.

Moi-même, je termine ce texte et vous souhaite la bonne nuit...

Retour au début

Ma signature autorisée

7 commentaires:

Lily a dit…

Repose toi bien! ;)

Jean-François a dit…

@ Lily : Merci! Mais je suis habitué à ce train de vie, ma chère... ;)

Galadriel a dit…

Beau texte mon cher!
;)

Jean-François a dit…

@ Galadriel : Merci du compliment, c'est gentil :)

Drew a dit…

Mais c'est vraiment un beau billet celui-là!

Quand je t'ai dit que de la façon que tu racontes on se sent à coté de toi là... Ça vient de l'exprimer une fois de plus mec ;)

Moi aussi (surtout la Reine) on a hâte de voir Morphée ;-)

Âme Tourmentée a dit…

Superbe texte!

L'esprit errant, dans la ville... Ça te va bien, non?

-xxx-

Jean-François a dit…

@ Drew : Je me sens rougir tout à coup, mon ami...

Plus sérieusement, c'était le but recherché d'ailleurs : pouvoir transporter mes lecteurs avec moi, «drette dans le char» et leur faire vivre mon quotidien... ;)


@ Âme Tourmentée : J'aime bien errer dans les rues de ma ville, certes, mais je vais attendre avant de le faire dans les Limbes (héhéhé) :)

Enregistrer un commentaire

Bonjour,

Je vous rappelle que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez ici.

Ce carnet modère les commentaires et celui-ci sera visible uniquement s'il est validé par son auteur.

Je vous remercie de prendre le temps de passer me voir et je vous souhaite, par la même occasion, une bonne lecture.

Courriel de l'auteur : Jean-François

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Modifié par Tutoriel Blogger

Site Meter

Un taxi sur la Rive-Sud © 2009 Template Nice Blue. Modifié par Indian Monsters. Original créé par Our BLOGGER Templates

Haut de page