jeudi 8 octobre 2009

La fierté a une ville... Longueuil


On peux-tu être fier ?


Non, ce n'est pas un coup de publicité pour la ville de Longueuil ni un billet sur l'actuel élection municipale de mon territoire. Celui où j'habite, on s'entend. Pas mon territoire de travail, qui est Boucherville. Vous le savez, je le sais. Mais fallait que je vous montre MA preuve. Pas mal, non ?

En voyant les nombreux panneaux publicitaires éparpillés sur le territoire du Vieux-Longueuil, un déclic venait de se produire. J'avais lu à cet effet dans les journaux québécois que le magazine MacLeans venait de se tromper dans ses calculs. En effet, le palmarès placerait Longueuil au 2e rang au niveau provincial et tout juste derrière Sherbrooke et 8e rang dans tout le Canada.

C'est plutôt au niveau des impôts fonciers qu'il y a embrouille. Toujours selon l'étude de ce magazine publié en juillet dernier, celui-ci s'appuyait sur une facture moyenne d'impôt foncier de quelque $666 alors qu'elle devrait être de $2,048. Cette erreur coûtera à la ville de Longueuil le 17e rang plutôt que la première (pour son plus faible taux de taxation) position.

Quand même pas mal de recevoir la médaille d'argent sur le podium. Je serais bien curieux de connaître les résultats du classement pour les autres villes du Québec et même du Canada, comme Ottawa et Toronto pour ne nommer que ces deux-là. Québec aussi serait dans mon colimateur...
Ma signature autorisée

1 commentaires:

Karel_Jacob a dit…

une simple invitation...:

Les yeux emplis d'eau, une queue dans la bouche et prise par derrière simultanément, asservie aux humeurs et fantasmes de cet homme qui faisait aisément deux fois son âge. Je fus le fruit non désiré de cette perversité...

Elle brossait mes cheveux affectueusement, les tressait en secret, féminisait mon prénom, elle me couvrait de robes et me décorait de vernis à ongle. J'étais son amie, sa jeune confidente, une poupée parmi celle qu'elle nous offrait.

D’une enjambée, j’étais à la cime d’un arbre pour y faire le guet. J’étais le protecteur privilégié de ce sous-bois qui, je le croyais, servait de frontière entre nous et un monde ou déambulaient des lutins hyper gentils, fragile de par leur taille mais aussi de par le secret de leur existence…

Enregistrer un commentaire

Bonjour,

Je vous rappelle que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez ici.

Ce carnet modère les commentaires et celui-ci sera visible uniquement s'il est validé par son auteur.

Je vous remercie de prendre le temps de passer me voir et je vous souhaite, par la même occasion, une bonne lecture.

Courriel de l'auteur : Jean-François

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Modifié par Tutoriel Blogger

Site Meter

Un taxi sur la Rive-Sud © 2009 Template Nice Blue. Modifié par Indian Monsters. Original créé par Our BLOGGER Templates

Haut de page