mardi 27 octobre 2009

Soirée entre père et fille

J'ai décidé de prendre congé ce lundi plutôt que l'habituel mercredi. Mon objectif : visiter ma mère hospitalisée. Je devais le faire dimanche mais j'ai eu un empêchement et comme je devais travailler, j'ai dû remettre la visite au lendemain. C'est à dire hier soir.

J'y suis allé avec ma fille Marie-Ève. On avait besoin de se retrouver et l'occasion n'aurait pas pu mieux se présenter. Nous avons donc quitté Longueuil vers 18h30 et sommes arrivés à Vimont (Laval) autour de 19h10. Le trafic était fluide sur les voies rapides que je devais emprunter (le pont Jacques-Cartier, la 720 Est, l'autoroute Décarie vers le nord et l'autoroute des Laurentides Nord) jusqu'à la 440 en direction est. Heureusement pour nous deux parce que, un ralentissement de la circulation aurait signifié un écourtement des visites pour la malade et il n'était donc pas question de perdre le peu de temps qu'il nous restait.

Aussitôt arrivé et stationné, ma fille et moi sommes montés au quatrième étage de cet hôpital que je n'avais vu depuis des lustres. À l'époque de mes études collégiales (j'allais à Montmorency), j'habitais encore chez mes parents à Fabreville. Et mon seul moyen de transport de l'époque était, bien évidemment le transport en commun. Cela se passait au début des années 80. Seul le bâtiment principal du centre hospitalier existait. Les autres pavillons ne seraient ajoutés que bien plus tard. Voilà pourquoi je ne me retrouvais plus !

La marche m'a fait du bien. Un bien immense en fait. Entre mon véhicule et la porte principale, il devait y avoir pour un bon cinq minutes à pied à se taper. Mon pied droit me faisait souffrir le martyr mais j'essayais de ne pas y penser. Je ne regrette rien, au contraire. Ensuite, l'ascenseur jusqu'à l'étage désiré et ne restait qu'à trouver la chambre de maman. Ce ne fut pas trop difficile, heureusement.

Maman était couchée dans son lit et discutait avec sa cousine et son mari lorsqu'on a fait irruption dans la chambre. Après les présentations d'usage, j'ai remis une carte toute spéciale à celle qui prenait toute la place à mes yeux. Je ne voulais pas d'une simple carte de prompt rétablissement, ordinaire, mais une de celle qui lui remonterait le moral et Dieu seul sait si elle en a bien besoin. J'ai donc choisi une carte en trois sections qui parle de courage et de miracles. Pendant qu'elle lisait, j'épiais ces moindres réactions. J'appréhendais le pire mais ce n'est pas arrivé. Et je l'ai appris en voyant des larmes couler le long de ses joues. Elle était franchement contente.

Marie-Ève était heureuse aussi. Elle n'avait pas revu sa grand-mère depuis quelques années. Et comme celle-ci habite La Minerve, un coin tranquille au bord du Lac à la Truite, on ne pouvait la visiter qu'une ou deux fois par année. Alors vous pensez bien si elle était contente de pouvoir m'accompagner hier soir. On a parlé de maman, de nous, de ma famille, de tout et de rien, de papa aussi. Il est justement retourné au chalet de La Minerve pour laisser maman se reposer et reprendre des forces. Ça lui fera un grand bien de revoir son environnement familier.

Maman n'a plus son épidural mais elle reçoit toujours des calmants puissants pour supporter les souffrances qui l'affligent. Se faire enlever l'estomac n'est pas une sinécure mais c'est franchement douloureux. Elle devrait sortir dans une dizaine de jours selon son médecin. Un excellent pronostic. Ne restera que la thérapie elle-même à entreprendre. Un long et pénible apprentissage mais nécessaire malgré tout pour éviter les mauvaises surprises.

À huit heures et quelques poussières, nous avons pris congé de la malade. Maman ne voulant pas qu'on l'embrasse trop ouvertement (maudite grippe oblige), elle préférait qu'on lui prenne la main à la place. J'ai replacé les chaises grises et froides des visiteurs dans le fond du placard et nous sommes partis par après en disant un dernier bye à voix basses, Marie et moi.

De retour au rez-de-chaussé, un arrêt pipi s'imposait puisque la route pour le retour serait plus longue. Le paiement du stationnement par l'intermédiaire d'une machine n'avait pris que quelques secondes. Nous avons les mêmes sur la Rive-Sud, donc je la connaissais bien. Une fois dans l'Escape, on a décollé rapidement en direction de notre chez nous : La Rive-Sud !


Ma fille Marie-Ève sur le belvédère

Une fois rendu sur la rue Papineau, celle que je prend pour traverser la ville et me rendre au pont Jacques-Cartier, on se décide pour rallonger la soirée. Une soirée entre père et fille. Et comme je n'étais pas pressé de rentrer à la maison, tout comme elle, on en a profité pour grimper sur la montagne. Marie-Ève adore se balader sur le Mont-Royal. Elle sait aussi que les ratons laveur aiment se montrer au public et ainsi espérer recevoir de la nourriture.


Un raton laveur vraiment pas peureux des humains




Heureusement que le flash intégré fonctionnait bien !

Le moment du départ avait sonné malgré quelques réticences de ma fille. Elle qui adore les animaux, mème les plus sauvages comme ces deux ratons qui ne cessaient de se promener entre nos jambes pour quêter de quoi se mettre sous la dent, car elle les aurait bien amener dans le VUS  avec nous si je ne l'avait arrêtée. Je lui ai raconté mon histoire avec ce raton laveur à Boucherville.  Elle en était devenue jalouse au fur et à mesure que j'avançais dans ma narration.

Je sais qu'elle aurait aimé se retrouver avec moi ce jour-là. Elle adore comme moi la campagne, les promenades dans la forêt, la tranquilité des lieux, le vent que Dame Nature nous fouette sur le visage, la vie au chalet. Un rêve qui se réalisera certainement un bon jour...
Ma signature autorisée

13 commentaires:

Lionne a dit…

Superbe, vraiment superbe billet ! Et je suis heureuse que ta maman aille bien malgré cette grosse chirurgie dans un contexte aussi difficile...

Jean-François a dit…

@ Lionne : Merci pour ce beau compliment !

Malgré que je croyais le contraire pourtant au début, et après l'avoir connstaté par moi-même, je ne m'en fais plus pour maman... Oh non... :-)

Patrick Duval a dit…

Un billet qui vient du coeur.

Très touchant.

Jean-François a dit…

@ Patrick Duval : Merci à toi ! :-)

mon'oncle ti-guy a dit…

Je te souhaite que maman aille mieux… super la soirée avec ta fille!

Jean-François a dit…

@ mon'oncle ti-guy : Merci mon'oncle !

Je ne m'en fait plus pour ma mère et ma fille est toute ma fierté !

Joulie a dit…

Y a comme un vent de bien-être qui émerge de ton texte. Un très beau billet.

MoonLady a dit…

Prompt rétablissement pour ta maman et pour ce qui est de ta fille et des ratons laveurs, je peux toujours essayer de capturer celui qui vient chez moi faire du saccage dans mes poubelles ... ça me ferait très plaisir tu sais ;) (Ça m'éviterait de devoir sortir en plein milieu de la nuit avec mon Swiffer ... hahahahaha !)

Heathrow Taxi a dit…

Nice an excellent blogpost, and also Heathrow Taxi is the best Airport Taxi Service.

Jean-François a dit…

@ Joulie : C'est la deuxième fois que je me lâche lousse comme on dit.

La première, j'ai parlé de moi et maintenant je voulais présenter ma fille et sa grand-mère côté maternel... Merci pour ce beau commentaire ! :-)


@ MoonLady : Merci Moon, je transmettrai tes souhaits à qui de droit... :-)


@ Heathrow Taxi : Thanks for your compliment and I also wish you welcome in my taxi blog ! :-)

DEMIJOUR a dit…

Les mots ne sont pas toujours là mais notre père (aux yeux d'une fille) c'est Dieu en personne!

Et pour un fils, sa mère c'est aussi une Déesse...

Tu viens de le dire dans tes mots!

Prompt rétablissement à ta mère et beaucoup de belles rencontres à venir avec ta fille xx

Âme Tourmentée a dit…

Très très touchant ce billet... Comme un cri du coeur d'un père...

Et le petit raton est tout cute!!! :-)

Prompt rétablissement à ta maman, et longue vie à cette relation avec ta fille!

-xxx-

Jacynthe a dit…

Prompt rétablissement à ta mère et tres beau billet

Enregistrer un commentaire

Bonjour,

Je vous rappelle que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez ici.

Ce carnet modère les commentaires et celui-ci sera visible uniquement s'il est validé par son auteur.

Je vous remercie de prendre le temps de passer me voir et je vous souhaite, par la même occasion, une bonne lecture.

Courriel de l'auteur : Jean-François

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Modifié par Tutoriel Blogger

Site Meter

Un taxi sur la Rive-Sud © 2009 Template Nice Blue. Modifié par Indian Monsters. Original créé par Our BLOGGER Templates

Haut de page