mardi 9 décembre 2008

Un lavage à «frette»

Il m'arrive de rendre service plus souvent qu'autrement ces jours-ci. Une collègue de travail (eh oui, vous avez bien lu) me demande quelques fois de la reconduire chez elle. Non, il n'y a rien à lire entre les lignes car c'est purement professionnel. Elle n'a pas de voiture, tout simplement et elle doit laisser la van-taxi chez le conducteur de jour (tout comme moi). Comme elle ne peut être reconduite à la maison par son collègue, elle doit se «quêter» des raccompagnements. Pas évident.

J'ai toujours aimé rendre service. À l'occasion, pas trop souvent. Mais il m'arrive alors de craindre de ne pas pouvoir dire «non» à une personne et je vais me sentir mal dans ma peau si je refuse de l'aider. Je suis comme ça. Et comme cette dame est gentille avec moi, je ne pourrais lui refuser ce service. De toute façon, elle me remet toujours une somme d'argent pour payer l'essence. Parce que de Boucherville à Longueuil (agglomération Vieux Longueuil), le taximètre grimpe assez vite.

Donc, je me trouvais chez Provigo hier soir et il faisait «frette». Je reçoit un appel en provenance de cette dame. Elle me demande d'abord si la soirée est occupée (question de se renseigner si elle devrait continuer le boulot ou retourner à la maison) et je lui répond qu'à cette heure-là, c'est redevenu calme. Je rajoute qu'il y a deux autres voitures en service. Je me rend compte qu'elle ne parle plus. Après une pause de quelques secondes, elle me demanda si je pouvais aller la chercher à l'endroit convenu. Je lui donne mon accord et avant de fermer le cellulaire, elle me dit qu'elle devait mettre de l'essence et laver le taxi pour l'extérieur. Il devait vraiment être sale et je pouvais comprendre, mon chauffeur de jour l'avait fait lui aussi.

Tout à coup, j'ai réalisé qu'avec ce froid, l'eau du car wash serait gelé assez rapidement et pouvait s'infiltrer dans les trous de serrures et partout ailleurs. J'allais lui dire d'attendre pour le laver dans un lave-auto manuel mais elle avait déjà fermé son portable. Quelle gaffe ! M'enfin, elle avait été trop vite aussi...

J'avais terminé mes achats et je l'attendais dans le stationnement du conducteur- remplaçant. Elle arriva enfin et lorsqu'elle immobilisa le véhicule, sa portière était ouverte. Je suis sorti de ma voiture et me suis approché de la sienne en lui faisant un signe du doigt qui pointait vers la porte et lui demandai ce qu'elle avait. «La cr... de porte est gelée !» me dit-elle d'un ton rageur. Elle ajouta qu'elle avait fait laver la van dans un lave-auto à jets doux. «Tu es sérieuse ?» Il était trop sale et elle avait peur de se faire gronder.

Mais le problème n'était pas simple. Le mécanisme qui verrouille la portière et qui est situé dans la porte même (la partie visible si la porte est ouverte et qui se referme sur l'autre bout et qui garde la porte fermée) était vraiment gelé. Il n'y avait pas 36 solutions : soit elle devait se rendre au garage pour acheter un dégivreur de serrures, soit elle continuait de bosser en laissant le chauffage au maximum. Le système finirait bien par dégeler.

Elle me demanda mon avis et je suis aller chercher cette petite bouteille blanche. J'espérais toutefois qu'elle ferait un miracle... Quelques secondes plus tard et après avoir arrosé le mécanisme bien généreusement et jusqu'à la dernière goutte, on pouvait refermer la portière. Génial !

Nous avons ensuite pris le chemin du retour, reconduire le taxi à son stationnement. Et nous sommes parti ensuite vers Longueuil. Intérieurement, je ne pouvais pas croire que, malgré son expérience de la route, des intempéries, du verglas et j'en passe, jamais je n'aurais cru qu'elle aurait fait laver le taxi par un froid sibérien. Ok, juste -20 celsius. Me semble que c'est suffisant pour ne pas laver son outil de travail, et cela au risque de ne plus pouvoir ouvrir les portes. C'est juste logique, non ? Oui tu peux laver une auto par temps froid mais à la main seulement. Sachant que l'eau peut s'infiltrer partout, il faut aussi l'essuyer partout. Enlever le plus d'eau possible. Éliminer les coulées.

Je crois qu'elle a eu sa leçon. J'espère du moins. Et juste avant de quitter mon taxi, elle me remercia longuement pour mon aide. Je n'ai pas de problème avec ça. Et j'avais ajouté : «mais parcontre, évite les lavages automatisés par temps froid, ok ?»

Bonne nuit !


Ma signature autorisée

4 commentaires:

Jean S. a dit…

Cela me rappelle la nuit ou j'ai eu l'idée géniale de laver le compartiment moteur du taxi avec le jet sous pression dans un lave-auto à la main!
Heureusement, la voiture avait une bonne batterie. Car cela a pris au moins 30 min avant qu'elle redémarre.
C'est en gaffant qu'on apprend.
Je suis sur que ta consoeur va s'en rappeler.

Jean-François a dit…

@ Jean S. : Je n'ai pas pour habitude de remuer le fer dans la plaie mais elle a eu sa leçon, crois-moi.

Je lui ai juste rappelé que, comme elle travaille de jour, elle peut, elle, faire laver son taxi dans un lave-auto «à la main», ce qui n'est pas le cas pour moi.

Âme Tourmentée a dit…

Eh la la, quelle anecdote! :-S

Je ne sais que dire......

-xxx-

Jean-François a dit…

@ Âme Tourmentée : Il n'y a rien à dire ma chère. Ça aurait pu être un homme que je lui aurais dit la même chose : on ne lave pas un taxi, comme une bagnole neuve lorsqu'il fait -20 C et surtout s'Il n'a pas été essuyé... C'est simplement un non sens...

Merci pour ton commentaire :)

Enregistrer un commentaire

Bonjour,

Je vous rappelle que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez ici.

Ce carnet modère les commentaires et celui-ci sera visible uniquement s'il est validé par son auteur.

Je vous remercie de prendre le temps de passer me voir et je vous souhaite, par la même occasion, une bonne lecture.

Courriel de l'auteur : Jean-François

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Modifié par Tutoriel Blogger

Site Meter

Un taxi sur la Rive-Sud © 2009 Template Nice Blue. Modifié par Indian Monsters. Original créé par Our BLOGGER Templates

Haut de page