vendredi 10 juillet 2009

Taxi de luxe

Comme mon esprit tourne au ralenti ces jours-ci et que mon moral, tout comme celui de mes confrères de travail d'ailleurs, semble être à son plus bas niveau depuis un bon certain temps déjà (Boucherville est hyper tranquille, à propos de notre clientèle). Tellement le calme plat que mardi soir, j'ai attendu presque 4 heures avant de prendre en charge mon premier client.

J'avais terminé mon quart avec un montant qui se chiffrait sous la barre du billet de cent dollars que je gardais en souvenir dans la poche arrière de mon pantalon). Et tant qu'à ne pas donner de mes nouvelles, alors aussi bien vous faire entendre une drôlerie d'insolence comme c'était devenu coutume à une certaine époque.

Du moins, à l'époque de mon adolescence, boutonneuse et timide, l'époque du Collège Bourget de la fin des années soixante-dix. L'époque de l'apprentissage du Bic et de la repousse des poils du visage. Les boutons avaient cessé de me taquiner depuis ce temps. C'était aussi l'époque du début de ma calvitie. Ainsi, à chaque levé du corps, tôt le matin, je remarquais plusieurs poils de cheveux sur ma taie d'oreiller, qui était blanche au coucher du soir et qui s'était noircie, au lendemain matin. Et chaque matin, le manège se répéta, jour après jour. Quelle honte. Mais je n'y pouvais rien. On m'avait dit que c'était de famille. De famille...

Mais surtout de l'époque de ma timidité maladive avec le sexe opposé. Bon dieu que j'en ai bavé. Pas pour rien que j'avais eu ma première blonde à 25 ans. Ma première relation amoureuse et sérieuse. C'est tout dire ! Ah, que de souvenirs. Que je préfère aussi oublier, laisser derrière moi. Comme si ils n'avaient jamais existés.

Donc, voici les insolences d'un téléphone. Inutile de vous préciser qu'Yvan Ducharme tient le rôle d'un client baveux qui tente de se défouler sur le répartiteur de la compagnie Taxi de luxe. Je vous laisse visiter le lien de monsieur Ducharme et vous en apprendrez un peu plus sur le créateur de son émission Les insolences d'un téléphone. Ironiquement, ce comédien est natif de Rouyn-Noranda, tout comme ma mère. Ma grand-mère se maria à Noranda avec mon grand-père. Ma mère n'avait que cinq ans, et lui, à peine 52 ans lorsqu'il est mort d'un arrêt du coeur.

Quelle fut la recette du succès de monsieur Ducharme à l'époque ? "C'est d'oser, disait-il". Comme je le fait moi-même ce matin avec ce billet, en osant vous dévoiler certains côtés de ma personnalité à l'époque de mon adolescence.




Si vous avez aimé, je vous ferez entendre la deuxième partie de l'enregistrement. Je sais que c'est du vieux stock, mais c'est mieux que rien du tout. Merci de tout coeur...
Ma signature autorisée

7 commentaires:

P'tit homme a dit…

Merci de partager un côté de ton histoire avec nous! Je vois que je ne suis pas le seul dans ma situation puisque tu t'y es retrouvé toi aussi...

Et aujourd'hui, tu as femme et enfants... :D

Jacynthe a dit…

Sa doit etre vraiment long attendre un client. T'apportes tu de la lecture ou quelque chose a faire durant l'attente?

Jean-François a dit…

@ P'tit homme : Comme on dit, il n'est jamais trop tard pour bien faire... ;-)


@ Jacynthe : J'ai de la lecture, dont mon Journal de Montréal, celui que j'aime lire le premier.

Et si j'ai le temps dans la soirée ou en milieu de nuit, j'attaque (pour la énième fois) mes bandes dessinées... :-)

Lionne a dit…

Welcome back ! Tu m'as manqué. T'étais pas mal beau bonhomme sur ta photo "officielle", je comprends pas qu'une demoiselle n'ait pas succombé avant ça ! Je suis désolée que les affaires tournent au ralenti ces temps-ci... C'est vraiment moche pour toi. Ça explique un peu qu'on te voit moins ici. Je comprends mieux. Courage ! Et fais-nous signe quand t'auras envie de sortir de ta caverne ;-) (Je dis ça parce que dans le livre "Les hommes viennent de mars, les femmes viennent de Vénus", l'auteur explique qu'un homme qui file pas se renferme dans sa "caverne", se replie sur lui-même. J'ai l'impression que c'est ce qui se passe dernièrement non ? Lâche-pas !

Drew a dit…

Patient le répartiteur... J'aurais pogné les nerfs après le deuxième coup!

Madame Potine a dit…

J'ai beaucoup ri en écoutant "Les Insolences" d'Yvan Ducharme, il avait le tour de faire grimper les gens dans les rideaux.

Je suis vraiment triste de lire que tu ne travailles pas beaucoup de ce temps-ci. Je t'envoie des pensées positives et toute mon amitié pour que cela se replace.

Tiens bon J.F, derrière les nuages se cache le soleil.

Bisous xxxxx

Jean-François a dit…

@ Lionne : Un gros merci pour ton soutien moral, chère amie... j'en ai grand besoin par les temps qui courent.

Parfois, je dois mettre les bouchées doubles pour arriver à sortir une paye décente. Boucherville, c'est pas Montréal ni Longueuil où les appels là-bas sortent plus régulièrement que par chez moi. Donc je passe plus d'heures derrière le volant que celui de mon ordinateur, désolé pour mes absences... :-(


@ Drew : Connaissant mon caractère et sachant qu'on peut bloquer facilement les appels d'indésirables grâce à la technologie d'aujourd'hui (ce qui manquait à l'époque), c'est lui qui se ferait prendre à son propre jeu...;-)


@ Madame Potine : Merci à toi pour tes encouragements. J'espère que ce ne sera que temporaire...

C'est vrai que son émission marchait tellement bien à l'époque... mais est-ce que ça fonctionnerait encore aujourd'hui ? Est-ce que les gens seraient encore dupe ? Tomberaient dans le panneau ?

Enregistrer un commentaire

Bonjour,

Je vous rappelle que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez ici.

Ce carnet modère les commentaires et celui-ci sera visible uniquement s'il est validé par son auteur.

Je vous remercie de prendre le temps de passer me voir et je vous souhaite, par la même occasion, une bonne lecture.

Courriel de l'auteur : Jean-François

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Modifié par Tutoriel Blogger

Site Meter

Un taxi sur la Rive-Sud © 2009 Template Nice Blue. Modifié par Indian Monsters. Original créé par Our BLOGGER Templates

Haut de page